Italiano   English   Française   Deutsch   Espanol
  Profilo
  Prodotti
  News
  Listino
  Informazioni
  Contatti
  Galleria
     
   
     
 

Avec la pizza, Naples a fait école dans le monde en se basant sur deux ingrédients loin d’être autochtones: la mozzarella et la tomate. Le premier est l’oeuvre des Lombards qui, après la chute de l’Empire Romain ont introduit la bufflesse dans le Latium et la Campanie (c’est justement du lait de la bufflesse qu’a eu origine la mozzarella). Le second a été importé du Pérou en Europe par les colons espagnols. Malgré la méfiance qui régnait au départ, la tomate a fait une entrée triomphale dans la cuisine italienne et en particulier napolitaine. La première pizza était la “marinara”, tomate huile ail et origan.
La “margherita” a été créée en 1889 à l’occasion de la visite des Savoie à Naples. Elle plut tellement à la reine qu’il fut permis au pizzaiolo Raffaele Esposito de donner son auguste nom à cette spécialité riche en fromage filant. Après cet épisode, la pizza a été un triomphe planétaire: on peut manger la pizza de New York à Pékin, de Sydney à Moscou. Certes, on n’y mange peut-être pas la pizza à pâte fine avec le bord croquant de la tradition parthénopéenne mais une autre un peu haute et gommeuse qui plaît davantage aux Américains, et qui peut être enrichie d’ingrédients en tout genre (charcuterie, légumes vinaigrés, légumes, fromages, et même des fruits!)…mais c’est de toute façon une pizza, et à chaque fois elle régale nos coeurs et un filet d’eau à la bouche. Maintenant que le mythe du four à bois a été finalement redimensionné et que grâce aux fours électriques à pierre lavique le risque de la pizza brûlée est quasiment évité, même les pizzaiolos les moins experts réussissent une bonne pizza fumante et appétissante.