Italiano   English   Française   Deutsch   Espanol
  Profilo
  Prodotti
  News
  Listino
  Informazioni
  Contatti
  Galleria
     
   
     
 

Celui qui va en vacances dans des pays exotiques revient souvent avec de belles photos… et avec des descriptions pas vraiment enthousiastes des standards hygiéniques en vigueur. Pour nous, citoyen de l’Occident, nous sommes désormais habitués au fait qu’une caissière manipule l’argent et que le chef qui prépare les plats ne peut le toucher, que les aliments sont confectionnés dans des emballages stériles à usage unique, que les instruments pour la coupe sont stérilisés.
Ça n’a pas toujours été comme cela. Celui qui a déjà dépassé la cinquantaine se souviendra de la vente du lait au détail, que l’on a versé avec de grosses cuillères dans des pots à lait en aluminium... du charcutier qui coupe le jambon et ensuite encaisse le prix… des grandes jarres de légumes préparés au vinaigre ou à l’huile d’olive desquelles on prélevait la quantité qui nous servait. Durant les dernières décennies, nous avons fait des pas de géant: les gens sont mieux informés et plus conscients, les normes hygiéniques sont en partie imposées par la loi - en particulier par les directives CEE, qui s’efforcent de mettre en oeuvre une politique globale et intègre applicable à tous les produits alimentaires, dès leur production jusqu’à leur consommation - mais surtout sont ressenties par les consommateurs comme une forme de tutèle de leur propre santé. Les stérilisateurs à eau et à lampes UVC, par exemple, démontrent combien l’hygiène peut désormais être respectée avec de simples gestes, avec des machines qui permettent une désinfection rigoureuse en peu de temps.